Forum RP sur lequel une guerre intestine, opposant deux syndicats du crime et les forces de l'ordre, déchire la mégapole d'Héliopolis.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Discutions de voisins (Pv Mariane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vanille

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 03/03/2014

Feuille de personnage
Niveau:
Hp:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Discutions de voisins (Pv Mariane)   Lun 10 Mar - 1:23

Il allait bientôt faire nuit. Alors que je marchais le long du trottoir, la perspective de ne pas être chez moi a la nuit tombée ne me dérangeait pas le moins du monde. Je n’avais pas à être stressée à ce sujet. En référence à mon accoutrement du moment, la plupart des jeunes filles qui auraient été dans ma situation auraient sûrement eu peur. Moi eh bien... J'étais plutôt habituée à être dans ce genre de tenues, tard la nuit. Ne portant qu'une tenue de sport bien légère, en ce moment, c'était encore moins provocateur que ma tenue lors des courses. Mes minishorts en nylons, et mon débardeur de sport ne dépassant pas les cotes étaient cependant suffisant pour m'attirer quelques sifflements et commentaires de la part d'hommes chastes et purs. Qu'importes, mes écouteurs à l’effigie de cupcakes bloquaient tous ce que je ne voulais pas en entendre au profil de la musique que j’utilisais pour m’entrainer. De toute façon je préférais arriver chez moi plus tôt ce soir. Ioan m'avait assuré qu’il revenait coucher ce soir, et j'avais envie d'être la quand il arriverait. Qui sait! Je pourrais même lui préparer une surprise toute simple. Il n’était pas bien complique à satisfaire, de toute façon...

Ainsi donc, c'est sous un soleil couchant que je revenais de ma séance d’entrainement. Pour être honnête, elle m’avait surtout servie à tuer le temps. Il n’y avait pas de courses ce soir, et je ne travaillais pas demain. Je n’avais donc pas à me lever tôt, mais je n’avais pas à me coucher tard non plus. Que faire de cette soirée alors? Je venais d’en passer une partie à faire des exercices musculaire et à courir sur un tapis sous les yeux du o combien professionnel entraineur. Avec toute l’objectivité dont il était capable, il était venu en aide à toutes celles qui s’étaient habillées dans les mêmes tons que moi. Par contre, moi, j’avais évité de porter un quelconque maquillage. Pauvres filles quelles étaient... Enfin. Je suis presque sure quelles étaient là pour lui plutôt que pour l’entrainement. Et à leur façon de glousser lorsque le remplaçant de l’entraineur est arrivé, je crois bien qu’ils ont terminé "l’entrainement" chez cet entraineur.

J’avais chaud. Ou du moins, j’avais eu chaud pendant pratiquement deux heures consécutives. Je n’avais pas omis de prendre une douche en terminant, bien sûr. Mais je m’étais mise à courir, peu de temps après être sortie de la salle d’entrainement. Mon appartement n’était pas exactement à côté, et je voulais être arrivé disons, bientôt. Pas à cause de la nuit, mais parce que je n’aimais pas perdre mon temps. Puis, quand j’ai vu la rue sur laquelle j’étais, je me suis remise à marcher simplement. J’étais tout près de chez moi. Mais cette petite course à pied fut suffisante pour me donner chaud. Je prévoyais déjà la douche que j’allais prendre en entrant chez moi…  

Je voyais la porte de mon logement. Enfin, celle de la tour. Mon appartement se trouvait plus haut, au troisième étage. Je continuais de marcher vers la porte, avec mes jolis souliers roses et blancs. J’eus l’idée de regarder mon accoutrement, et je souris en me regardant. Quelle fille normale va s’entrainer avec un accoutrement pareil? Eh bien moi, évidemment! Néanmoins, je devrais peut-être faire un peu plus attention à ma pudeur… Mais à quoi bon? Je m’étais toujours posé cette question. Ça m’était égal si les gens me regardaient s’ils en avaient envie. Les filles prudes me diront que j’agis comme une prostituée. Moi, je dis que j’agis comme j’en ai envie. À mon avis, le regard des autres n’importe que très peu. Je me trouve belle dans cet accoutrement, donc je le porte. Tant pis pour les autres qui n’apprécient pas.

Je passai finalement la porte du bâtiment. Je diminuai alors l’intensité du volume de ma musique, tout en retirant l’un de mes écouteurs. Ce n’était qu’au cas où quelqu’un me parlerait… Ce n’était plus la rue, mais le lieu où j’habitais. J’avais des voisins, ici. Des gens que je croisais tous les jours, à qui je ne disais que bonjour ou bonsoir. C’était tout aussi bien. Je ne me préoccupais que très peu d’eux, et eux faisaient pareille. Ou du moins, c’est l’impression qu’ils me donnaient. Au moins, notre relation ne pouvait pas être mauvaise, avec de telles conversations.

Je me dirigeai vers l’ascenseur, étant plutôt fatiguée de marcher. J’appuyai sur le bouton, en appuyant ma main sur le sac de sport que je portais à l’épaule. De ma main gauche, je portai la bouteille de boisson désaltérante à saveur de fruits que je prenais toujours en m’entrainant, et je pris une longue gorgée. Comme je pouvais aimer cette chose! Évidemment, je savais qu’il n’y avait pour ainsi dire aucune valeur nutritive. Mais c’était un gout si sucré et doux que je pouvais bien y succomber de temps en temps.

L’ascenseur était finalement descendu. Je pus donc entré dans la cabine, et me retourner vers le panneau indiquant les numéros. En remarquant qu’une autre personne arrivait pour entrer dans l’ascenseur, je mis ma main devant la porte, l’empêchant de fermer. Je souris à la personne, pour lui faire comprendre que je pouvais bien l’attendre.

« Quel étage? »

Curieusement, elle me disait quelque chose. Évidemment, elle était probablement résidente ici. Mais c’était probablement l’une des personnes que je croisais souvent…

_________________
I think I'm just in love with the feeling ;
My thoughts are racing faster than my body can react,
The danger doesn’t register, the fear feels like an act.
Oh I remember that feeling, I must be dreaming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariane Vanier

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Discutions de voisins (Pv Mariane)   Lun 10 Mar - 23:58

Parfois j'avais une de ses envies de sortir et d'acheter des choses par moi-même. C'était bien beau d'avoir des cadeaux tous les jours, mais bien souvent on ne choisissait pas réellement ce qu'on recevait! Et puis pour tout dire je m'ennuyais. Je n'aimais pas spécialement rester seule chez moi à ne rien faire pendant des heures. C'était à se demander pourquoi je prenais des journées de congé de temps en temps. Peut-être était-il temps pour moi de me trouver une passion ou un passe-temps? Maintenant que j'y pensais, j'étais déjà bien loin de tous commerces intéressants et je venais déjà de passer les six dernières heures à magasiner. L'envie de retourner sur mes pas ne me réjouissait pas réellement. La vie sans ma voiture me paraissait bien compliquée parfois. Voiture qui s’était fait voler ses roues ce matin même. Et si le métro était pratique, il ne l'était pas avec une montagne de sacs! Donc, après six longues heures dans les boutiques, je n'étais ressortie qu'avec un sac. Un sac! Du jamais vu pour moi depuis mon arrivé ici. Choisir quatre pièces de vêtements était d'une difficulté presque cruelle quand plus d'une trentaine vous avait tapé dans l'oeil!

Malgré tout, j'étais tout de même fière de mes achats. Une nouvelle paire de talons hauts rouges, une petite robe de soirée moulante assortie aux souliers, une jupe courte blanche, une paire de bas collant noir et finalement, un costume sexy de femme chat fait de lingerie fine. Un petit bijou qui allait ravir plus d'un client, j'en étais certaine! Les oreilles de chats étaient un incontournable du métier et quand lesdites oreilles de chat venaient avec la queue, une clochette, des boucles et de la lingerie... C'était une aubaine à ne jamais manquer!

Légèrement absorbée par la nature de mes pensées, je ne prêtais absolument aucune attention à mon environnement ou à qui que ce soit. Ma mémoire avait beau retenir à la perfection tout ce que je voyais, ma concentration n'y était tellement pas que les images glissaient sur moi sans m'atteindre. J'avais envie d'essayer mon costume et de pratiquer mon rôle. Par contre, c'était plutôt dommage de devoir le faire toute seule devant mon miroir. Bon Dieu que je n'aimais pas passer mes soirées seules! La réalité était que j'avais besoin d'un ou d'une amie. Avoir des clients est une chose, avoirs des amis en est une autre. Même si je me trouvais une passion ou une occupation, cela ne changerait probablement rien à la solitude de mes jours de congé!

Toujours absorbée par mes cogitations, j'avais été très surprise de me retrouver devant la tour d'appartement dans laquelle je vivais. Comme si elle était sortie de nulle part sans que je m'en rende compte! Je devais faire attention à ce genre de chose, si je continuais, un jour je finirais par me retrouver à l'autre bout de la ville complètement par inadvertance! Au moins j'étais plutôt certaine de ne pas pouvoir me perdre grâce à ma mémoire photographique et puis soyons honnête, un simple petit coup de téléphone pouvait me permettre de retourner chez moi en limousine.

Sans perdre plus de temps à regarder la tour avec mon air surpris, j'avais pénétré à l'intérieur du bâtiment avant que les gens ne commencent à parler et à me trouver étrange. Parlant d'étrange, le hall d'entrée était pratiquement vide, pourtant il n'était pas si tard non? La nuit commençait à peine à tomber! Si j'oubliais le petit incident qui avait vu mes murs se faire trouer, cet endroit était généralement d'un calme presque oppressant! Heureusement qu'il y avait de l'action de temps en temps, quoique je me serais sûrement passée de cette action précise. Retrouver mes vases coûtants des milliers de dollars en petit morceau, mes tableaux tout aussi dispendieux pleins de trous et mes meubles en sharpie, n'avait pas été une expérience si charmante.

Bref, j'avais le choix entre l'escalier au l'ascenseur. Le choix n'avait pas été très difficile. Mon sac commençait à peser sur mon bras et ma marche de quelques kilomètres en talons hauts, m'avait détruit les pieds. J'avais de l'expérience avec ce type de chaussures, mais il y avait tout de même des limites! Et comme je me disais cela, j'avais vu cette très jolie blonde, que j'avais immédiatement reconnue comme ma voisine, appuyée sur le bouton de l'ascenseur. Si je me dépêchais un peu peut-être allais-je avoir le temps de monter avec elle? Le simple fait de devoir attendre dans le hall m'enchantait au point de vouloir prendre l'escalier.

J'avais pressé un peu le pas, mais déjà la porte se refermait avec tout mes espoirs. C'est alors qu'elle m'avait vue, une seconde avant qu'il ne soit trop tard et avait dans toute sa bonté, décidée d'empêcher la fermeture des portes. Un ange des ascenseurs!

Je m'étais attardée une seconde sur son merveilleux sourire, histoire de le lui rendre avec le plus magnifique des miens et était ensuite entré dans l'ascenseur avec elle. J'avais voulu ouvrir la bouche pour la remercier, mais ma voisine avait été plus rapide et m'avait posé une drôle de question. J'éclatais d'un petit rire court et cristallin.


''Le même que vous, je suis votre voisine d'en face! Vous savez, votre voisine qui s’est retrouvée avec des trous gros comme deux poings dans ses murs à cause de votre charmant petit ami? ''

Il n'y avait absolument aucun reproche dans ma voix, n'y aucun dans ma manière de parler. Au contraire, j'étais plutôt amusée. Des choses étranges j'en avais vu dans les rues. Une fusillade dans une tour d'appartement de luxe n'était qu'une bagatelle! Et puis son bel ami avait si gentiment offert de réparer mon mur...

Mystérieusement cette idée de me faire des amis était venue me hanter à nouveau.


''Je me prénomme Mariane. ''

Puis, avec un nouveau sourire, j'avais ajouté.

''Heureuse de faire votre connaissance Vanessa. ''


Dernière édition par Mariane Vanier le Mar 11 Mar - 22:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 03/03/2014

Feuille de personnage
Niveau:
Hp:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Discutions de voisins (Pv Mariane)   Mar 11 Mar - 2:01

La réponse de la femme me fit l’effet d’une petite surprise. Ma voisine? D’en face, en plus? Celle que je croisais presque tous les matins? J’avais définitivement une mémoire de poisson rouge. En revanche, l’évènement qu’elle évoqua, je m’en rappelais bien. Comment oublier ma première rencontre avec un homme pareil? Ça avait été si romantique!... En fait pas du tout. Bizarrement, il m’avait fait beaucoup d’effet, lors de cette soirée. Je ne pus que rire avec elle, en me remémorant l’évènement.

« Oh oui! Il faut dire que… Eh bien en fait, j’ai pas trop comprit ce qui arrivait. Je venais de me réveiller, et… Pouf! Le voilà qui me poussait sur le sol, mon appartement en train de se faire défoncer par des tirs!... Et alors, il a sorti son gros calibre et… Hem, enfin. Je me doute que ce n’est pas le genre d’histoire qu’on raconte entre voisine! Et puis, il a fait du bon travail pour les réparations… Si c’est pour le voir faire des rénovations torse nu, je ne serais pas contre une nouvelle fois... Mais je m’égare, je crois! »

Je me remise à rire. J’avais parfois l’impression de parler trop. Et c’était le cas présentement. Non pas que j’avais l’impression de dévoiler trop de détail, mais il m’arrivait d’oublier qu’une conversation, ça se faisait à deux, parfois. Après tout, quel intérêt de parler avec quelqu’un si c’est pour faire soi-même la conversation? Et puis, je n’étais probablement pas assez intéressante pour qu’on m’écoute pendant des heures!... Enfin, moi, je m’écouterais pendant des heures, mais c’est différent.

Elle se présenta. Et avant que je puisse dire comment je m’appelais, elle m’appela par un nom que je n’entendais plus depuis longtemps. J’ouvris les yeux bien grands. Mon air troublé ne trompait pas. Je finis alors par balbutier.

« Va.. Vaness… Oh! Pfff! » Je balayai l’air de la main, en rigolant. « Oubliez ce nom, personne ne m’appelle comme ça, à part mon patron. »

Je tendis la main vers elle, avec dans l’idée de lui serrer la main, pour marquer notre rencontre officielle. Autant faire les choses dans les règles!

« Tout le monde m’appelle Vanille. Enfin, la plupart des gens. Un patron, ça n’aime pas beaucoup les surnoms. Ou du moins, le miens n’aime pas les surnoms. »

J’haussai les épaules, avant de reprendre mon sourire.

« Et moi de même, Mariane! Difficile d’oublier sa voisine d’en face!... Oh, l’ascenseur! »

Je me retournai vers le panneau pour appuyer sur le bouton « 3 », alors que les portes se refermaient. J’étais si tête en l’air, parfois, j’en avais oublié d’activer l’ascenseur. Je reculai d’un pas, m’appuyant sur la rampe de l’ascenseur. Un éclair me traversa l’esprit, alors que l’ascenseur amorçait sa montée. Je me redressai, en regardant Mariane.

« Oh, mais j’y pense! Ioann, Mon copain, alias la cause de la destruction de nos appartements, organise une fête, vendredi prochain. C’est pour se faire pardonner du grabuge qu’il a causé. Ça va être chez moi, et… Et voilà! Je lui demanderai plus de détails quand il reviendra. Il m’a dit qu’il reviendrait ce soir, mais, on ne sait jamais, peut-être qu’il tardera pour demain matin, s’il tombe sur un vendeur de hot-dogs… Oui bref! Vous êtes… »

L’ascenseur stoppa son ascension. Les lumières s’éteignirent une seconde, avant de se rallumer, moins forte. On put entendre un crissement en provenance de dehors de la cabine.

« … Intéressée…? Hem… »

Je parcouru du regard le plafond de la cabine, puis les murs, ainsi que le panneau où les chiffres indiquant les étages n’étaient plus illuminés. Je me retirai de la rambarde, en faisant un pas. Je n’osais pas trop bouger. Et si, tout à coup, l’ascenseur tombait jusqu’au fond? Je fis un nouveau pas, puis un autre. Rien ne se produisait. Je me tournai vers Mariane, en haussant les épaules.

« J’crois qu’y a un problème. »

Je me mis à rire.

« Avoir su, je ne vous aurais pas attendu! Cela vous aurait évité cette situation! Roh, galère! »

Je fouillai dans mon sac, cherchant mon portable. Forcément, je l’avais probablement oublié dans mon appartement. Je cherchai à l’endroit où je le mettais d’habitude, et j’y trouvai un sac de bonbons. Je soupirai, avant de l’ouvrir et d’en prendre un. Au moins, j’aurai pu profiter d’un peu de sucré!

« Vous hem, avez un moyen pour communiquer? Sinon, on risque de rester coincé ici pendant un moment… »

Je présentai mon sac à la jeune femme devant moi. Après tout, peut-être qu’elle aussi aimait les bonbons!

_________________
I think I'm just in love with the feeling ;
My thoughts are racing faster than my body can react,
The danger doesn’t register, the fear feels like an act.
Oh I remember that feeling, I must be dreaming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariane Vanier

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Discutions de voisins (Pv Mariane)   Mar 11 Mar - 22:04

Je n'avais jamais discuté avec une personne comme elle par le passé, celle qui voulait se faire appeler Vanille était très volubile et c'était peu dire! À vrai dire, je n'avais jamais vraiment eu d'amie par le passé, entre les filles de la Maison et moi il y avait toujours eu une sorte de mur presque infranchissable. Ayant été adopté par le tenant de l'établissement, la plupart des filles étaient jalouses, alors que les autres seulement effrayés. Quant aux hommes qui passaient et bien... Ils avaient l'esprit et les mains trop occupées pour discuter vraiment.  

Elle avait des choses à dire et même si je ne trouvais aucune trace d'humour dans ses mots, Vanille me donnait envie de rire. Ses commentaires sur son charmant ami qui faisait des réparations torse nue et sa manière de réagir en entendant son nom comme si elle ne s'en souvenait même plus à la longue, étaient franchement amusants! Cette femme avait quelque chose d'adorable et d'attirant. Elle aurait eu un succès fou à faire le même métier que moi. D'ailleurs je me demandais ce que ma voisine pouvait bien faire comme travail, avec un patron coincé à ce point, ça devait être un emploi sérieux. Quoique même sans vraiment la connaître, j'avais l'intime conviction que Vanille ne pratiquait pas un métier très sérieux.

J'allais lui serrer la main qu'elle me tendait quand Vanille c'était retourné pour appuyer sur le bouton de l'ascenseur. Ma voisine ne tenait décidément pas en place! Un commentaire par-ci, un mouvement par là, elle déplaçait de l'air et c'était peu dire! Son enthousiasme était tout à fait contagieux. Je pensais bien que je pourrais apprécier la côtoyer plus souvent.

D'ailleurs, la voilà qui m'invitait à une petite fête organisée par son homme. Charmante attention de sa part, après tout il me devait bien plusieurs meubles et oeuvres d'art. Bon d'accord, je n'avais absolument rien payé de ce qu'il avait cassé, mais pourquoi dire non à une fête? Si le vin et la compagnie étaient bons, je n'avais aucune raison de refuser! Et moi qui me cherchais des amis quelques instants plus tôt! Peut-être avais-je une bonne étoile finalement? Un ascenseur fonctionnel, de la bonne compagnie et...

Et je parlais toujours trop vite. Vous savez cette personne qui se sentait obligé de rajouter: ''Ça aurait pu être pire!'' Et que la seconde d'après le pire ce produit toujours? Et bien cette personne, c'est moi.

Des lumières qui baissent en intensité, le panneau qui s'éteint et l'ascenseur qui cesse de bouger, trois éléments qui ne signifiaient qu'une seule chose. Et moi qui avais pris l'ascenseur parce que j'avais mal aux pieds!


''Mhm. On dirait bien une panne!''

Alors que Vanille foulait dans son sac j'avais appuyé sur un bouton du panneau. Rien.

''C'est bel et bien une panne.''

J'étais la reine des constatations inutiles!


''Ne t'en fais pas avec ça, si tu l'avais su à l'avance tu n'aurais certainement pas monté toi-même! Et puis voyons les choses du bon côté, peut-être que de gentils hommes muscler vont venir nous sauver? Quoique dans ton cas, tu sembles déjà avoir le tien!'' Avais-je dit avec un petit clin d'oeil.

Sans hésiter une seconde j'avais plongé la main dans le sac de bonbon qu'elle me tendait.

''Je devrais avoir mon portable sur moi! En espérant avoir du signal, j'ai vu un film d'horreur la semaine passée qui commençait exactement de la même manière et... ''

J'avais enfoncé le bonbon dans ma bouche, puis plongé la main dans mon sac à main à la recherche de mon téléphone. Une seconde plus tard, je ressortais un portable qui ne captait évidemment aucun signal.

''Et aucun signal. Voilà, moi et ma grande bouche. ''


Tout en rangeant à nouveau mon portable, j'avais envisagé une autre solution.

''Oh mais j'y pense, les ascenseurs sont normalement équipés de boutons d'urge.. ''

Fait plutôt étrange, celle-ci n'en avait pas.

''Et bien! Si c'est comme ça alors... ''

Sans plus y réfléchir, j'avais commencé à retirer mes talons hauts.


'' Six heures à marcher en talon haut. Si ça continue, je vais avoir des ampoules! ''

Une petite secousse en provenance de l'ascenseur m'avait fait soudainement perdre légèrement perdre l'équilibre, pas assez pour que je tombe, mais assez pour faire tombé une bretelle de ma robe, dévoilant mon soutien-gorge en dentelle, et pour me faire échapper mon sac de vêtements qui se rependait maintenant sur le sol.

''Ah merde. Ça m'apprendra à me tenir sur un pied avec les mains pleines.''


Des oreilles de chats, de la lingerie sur le sol et moi à moitié nue. Belle première impression!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 03/03/2014

Feuille de personnage
Niveau:
Hp:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Discutions de voisins (Pv Mariane)   Mer 12 Mar - 13:20

J’étais présentement habillée dans une tenue de sport très légère, accompagnée d’une magnifique femme, ma voisine, dans un ascenseur qui ne fonctionnait plus, coincé probablement entre deux étages. C’était évidemment une situation surprenante, et normalement, j’aimais les situations surprenantes. Mais cette fois, c’était tout bonnement irritant, sans une once d’excitation. Et dire que j’espérais arriver tôt pour réussir à faire quelque chose d’un peu spécial, c’était raté.

Au moins, ça aurait pu être pire. L’ascenseur aurait pu dégringoler jusqu’en bas, c’aurait pu aussi être en plein milieu de la journée, aussi! Il aurait probablement fait plus chaud. J’avais déjà l’impression d’être une fournaise après mon entrainement, je ne voulais pas qu’il se mette à faire encore plus chaud. Mais si le courant était coupé dans l’ascenseur, l’aération aussi, peut-être… j’espérais que non. Un ascenseur, ce n’est pas si étanche, non…?

Je me mis à rire, à écouter Mariane. Sa constatation était des plus comiques, et surtout, des plus évidentes. Ce qu’elle me dit ensuite à propos des hommes ne me laissa pas de glace non plus, d’ailleurs. J’haussai les épaules, en souriant.

« Bah, Je n’ai pas perdu mes yeux! D’ailleurs, je ne sais pas trop quelles sont ses visions des choses, à propos du couple… Et avec ce qu’il dit, parfois, y’a de quoi se poser des questions! Enfin, juste par ce qui s’est passé l’autre soir, y’a de quoi se poser des questions sur lui, en fait… hem. »

Car pour être honnête, je ne savais pas trop ce qu’il faisait, dans la vie, pour s’être attiré des ennemis comme ceux-là. Bon, j’avais des doutes, avec les armes qu’il portait, et le fait qu’il était toujours en train de traverser la ville pour son job, je me doutais qu’il n’était pas exactement fonctionnaire. Je lui posais des questions, parfois, auxquelles il répondait de façon évasive, sans trop y répondre. J’en avais conclu qu’il ne voulait pas en parler, pour une raison ou pour une autre. Cela ne changeait pas grand-chose, pour la grande insouciante que j’étais.

Parlant d’insouciance, je n’avais pas réalisé que j’étais partie dans mes pensées pendant un instant, alors qu’elle prenait un bonbon dans mon sac. J’avais vu juste, donc, elle aussi appréciait les friandises. Malheureusement pour nous, son portable ne captait pas ici. Je soupirai doucement, retirant finalement mon deuxième écouteur, et fermant ma musique. Je levai les yeux avec une lueur d’espoir lorsqu’elle parla du bouton d’urgence, mais étrangement, cet ascenseur n’en avait pas. Je me penchai sur le sol, et prit place, assise, appuyée contre le mur. J’avais eu la même idée que Mariane, de me mettre à l’aise. Elle retirait ses talons hauts.

« Six heures? Tu tiens plus longtemps que moi, dis-donc! Disons que les moments où j’en porte, c’est sur ma moto, et je ne marche pas longtemps! »

L’ascenseur se mit à secouer légèrement, ce qui fut suffisant pour faire perdre l’équilibre à ma voisine. J’eus une vue des plus envieuse sur son balcon, alors qu’une des bretelles de sa robe tombait. Et c’est un joli soutien-gorge en dentelle qui accueilli mon regard, presque comme une invitation à le regarder. Après tout, elle était très belle cette femme! Et ses vêtements allaient de pairs. Je souris, avant de siffler.

« Vous avez du gout, en matière de sous-vêtements! »

Mon regard tomba sur les vêtements qui se trouvaient au sol, et je réalisai qu’il s’agissait majoritairement de lingerie, et d’accessoires disons, particuliers. Pas le genre de chose que je m’attendais à voir dans son sac, pour être honnête! J’étirai mon bras en me penchant pour atteindre les oreilles et la clochette, avant de les placer devant mon visage. J’avais des étoiles plein les yeux, en regardant ces deux accessoires.

« Dans quelles boutiques vous allez, pour avoir des trucs pareils?! C’est super! J’en ai jamais vu d’aussi chouette! Y’a des trucs semblable dans des magasins de grande surface, ou des boutiques douteuses, mais rien qui soit… comme ça! »

Je secouai la clochette, ce qui la fit tinter. Je me mis à rire en entendant le son. Je trouvais à ces accessoires un charme certain, alors que je commençais à demander si je ne devrais pas élargir mes choix de boutiques et magasins.

« Oh, mais j’aurais jamais pensé à acheter des trucs pareil! Je me demande si Ioann aimerait… »
Je me tournai vers Mariane, avant d’avoir une expression de surprise. « Oh, mais je suis bête! Pardon! Je vais vous aider à remettre vos achats dans leur sac! »

J’avançai à quatre patte, laissant mon sac sur le côté, avant de plier les vêtements, et de les remettre dans le sac. Je le redressai, avant de le placer contre le mur. Je repris ma place, en me lançant vers l’arrière avec mes mains.

« J’avais vu des oreilles de chat, sur internet, qui réagissaient en fonction de nos impressions. Avec des capteurs, elles bougent d’une façon si on est heureuse, d’une autre façon si on est malheureuse… Mais elles coutent chers. N’empêche, ça doit être super mignon! »

Je portai ma boisson à ma bouche, pour en prendre une gorgée, avant de la déposer en soupirant. J’haussai les épaules, en regardant ma voisine.

« Je suppose que quelqu’un va s’en rendre compte bientôt… Si l’ascenseur ne monte pas quand on l’appelle, les gens vont sûrement appeler le propriétaire, il n’aura pas le choix de faire quelque chose… sauf s’il décide que les escaliers peuvent être utilisé… Hem, dans ce cas, on sera mal… Oh, mais je crois qu’il y a une personne en chaise roulante dans l’immeuble, je me trompe? Si c’est le cas, il n’aura pas le choix de faire quelque chose… Je crois. »

Je souris, avant d’étirer mes bras. J’allais probablement être mal en point, demain. Ce que j’aurais fait pour avoir une douche dans l’ascenseur, à ce moment!

« Et dire que j’avais l’intention de sauter dans la douche en arrivant… Je crois que je vais être prise comme ça pendant un moment… Oh, mais je rêve de l’eau chaude… Pourquoi je n’ai pas de spa, déjà? Hem… Bref! »

Je me tournai vers elle, ramenant mes jambes sous mon menton, en les serrant avec mes bras.

« Autant faire connaissance! Qu’est-ce que tu fais dans la vie? »

_________________
I think I'm just in love with the feeling ;
My thoughts are racing faster than my body can react,
The danger doesn’t register, the fear feels like an act.
Oh I remember that feeling, I must be dreaming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mariane Vanier

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 10/03/2014

MessageSujet: Re: Discutions de voisins (Pv Mariane)   Mer 20 Aoû - 0:42

De voir ma compagne ainsi parler de sa relation avec son petit ami, le dénommé Ioann, additionné à son sifflement lorsqu'elle avait aperçu mon soutien-gorge, multiplié par sa réaction à la vue des accessoires d'on j'avais fait l'acquisition plus tôt, m'avait mis la puce à l'oreille. Vanille était sans contredit une jeune femme aux moeurs légères. J'allais très bien m'entendre avec elle! Ses commentaires me faisaient toujours aussi rire! Je n'avais encore jamais rencontré quelqu'un d'aussi émerveillé par de simples oreilles de chats! Quoiqu'en fait ce n'était pas tout à fait vrai si je prenais en considération la multitude de clients qui adoraient ce genre de chose... Dison plutôt que la fascination exercé n'était pas exactement la même pour eux que pour elle! À moins que...

'' Crois-moi, pas un homme qui se respecte ne déteste ce genre de petit costume! Ton Ioann n'y fait certainement pas exception! Surtout qu'il semble avoir très bon goût!'' Avais-je dit avec un petit clin d'oeil.

Vanille était une beauté, elle avait un petit je ne sais quoi... À bien y penser, elle avait un charme tout à fait britannique. Je ne pouvais m'empêcher de l'imaginer avoir un succès monstre dans une profession comme la mienne, bien que je ne le souhaitais pas à personne. Je n'étais certes pas malheureuse, mais un emploi où l'on pouvait garder ses vêtements toutes la journée était aussi quelque chose de plaisant. Du moins, c'était une supposition puisque je n'avais jamais pratiqué ce genre de métier!

J'étais à me demander pourquoi j'aimais autant écouter et regarder ma voisine. Peut-être étais-je simplement curieuse? Je n'avais malheureusement pas beaucoup de temps dans ma vie pour réellement prendre le temps d'observer les gens en dehors de mon travail. C'était effectivement curieux, mais j'étais intéressée à en savoir plus sur elle. La plupart des gens que je côtoyais étaient très similaires, toujours sérieux, à parler de leurs placements, de politique et de toutes ses choses qui ne semblaient pas du tout affecter Vanille. Sa légèreté était rafraîchissante!


'' Je suppose oui.''
Avais-je distraitement répondu à sa tirade à propos de l'aide éventuelle que nous pourrions être peut-être en mesure d'obtenir.

'' Feu madame O'Neil, notre voisine handicapée, nous à malheureusement quitté deux jours plut tôt. Oh! Oh! Sept heures, assenceur numéro deux... Par une sombre soirée d'été, une panne de courant change à jamais la vie de deux magnifiques jeunes femmes. Pourront-elles être sauvées ou seront-elles condamnées à rester coincées dans cet environnement clos et isolé!? On dirait bel et bien le début d'un très mauvais film d'horreur ou d'un très bon porno!''

Oui bon... J'avais une de c'est imagination débordante parfois! Une qualité essentielle pour quelqu'un comme moi! Une femme n'achète pas de costume si elle ne peut pas inventer des scénarios pour rendre le tout plus agréable et amusant! Non?

'' Attends... Tu n'as pas de spa dans ton loft!? Mon Dieu! Comment fais-tu pour survivre dans une chaleur pareille? C'est la première chose que j'ai fait installer quand j'ai aménagée! Tu devrais venir voir ça! ''


La dernière question de ma compagne m'avait fait sourire en coin. C'était LA question! La question avec un grand Q. Que répondre à cela sinon que j'étais une prostituée de luxe? De toute manière je n'avais aucune raison de ne pas être franche!


''Je suis une courtisane, une escorte de luxe pour gens importants si tu préfères! De là les petits accessoires contenus dans mon sac.''


Mon sourire s’était un peu à peu élargi alors que je tendais la main vers mon sac pour en retirer les oreilles de chats.

''Tiens, essais! Je suis certainement qu'elles t'iraient à merveille! Et si elles t'intéressent vraiment, j'en possède toute une collection dans mon loft! Des oreilles de lapin, de chats, de renard et bien d'autres encore! Je peux très bien t'en prêter!''

J'éclatais d'un petit rire joyeux avant de continuer.

'' Et vous mademoiselle Vanille, que faites-vous mis à part faire de la moto en talon haut? ''
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vanille

avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 03/03/2014

Feuille de personnage
Niveau:
Hp:
100/100  (100/100)

MessageSujet: Re: Discutions de voisins (Pv Mariane)   Mer 20 Aoû - 4:36

Au moins, cette petite mésaventure semblait avoir eu un effet bénéfique. Je me rendais compte que je rencontrais peut-être une nouvelle bonne amie. Et en plus, elle était proche, alors, facile à joindre. Elle me parla du fait que les hommes appréciaient beaucoup ce genre de costumes. Personnellement, je n’avais jamais essayé. Mais l’idée semblait des plus plaisantes. Peut-être que Ioann aimerait essayer de nouvelles choses? Qu’est-ce qu’il penserait, de me voir arriver avec de petites oreilles, et une clochette au cou? L’idée de voir sa réaction me faisait sourire.

« Ouais! Je devrais peut-être l’attendre un soir, avec un collier autour du cou… Oh! Et une laisse, attachée à l’un des barreaux du lit!... et avec les oreilles, et… et! Une queue attachée à mes sous-vêtements! Je crois qu’il aimerait probablement…» Je rigolai en m’imaginant la scène.

Après tout, mettre un peu de nouveauté dans une vie de couple faisait partie de mes petits plaisirs personnels. J’ai toujours voulu essayer quelque chose d’un peu moins… traditionnel. Il faut le dire, moi et Ioann, on ne parlait pas souvent de sexualité. Je devrais donc prendre les choses en main et en profiter pendant qu’il était présent… quand il l’était.

Et c’est dans cette conversation que j’appris que notre voisine était donc décédée. Et alors que j’écoutais ce que disait Mariane comme petite introduction à un film quelconque me fit bien rire. Un mauvais film d’horreur en effet! Je ne pouvais pas imaginer qu’on puisse utiliser un ascenseur comme principal ennemi dans un film d’horreur.

La mention du « très bon porno » me fit presque sursauter. Je clignai des yeux deux fois à la suite, en souriant. C’était généralement mon expression d’incompréhension. Où voulait-elle en venir, avec ça? Était-elle… intéressée? J’étais techniquement en couple, pourtant, et elle le savait. Je retournai sa phrase dans ma tête sans arrêt, me demandant si elle était sérieuse à ce sujet… Enfin, j’étais certes en couple avec Ioann, mais je doute qu’il ait quoi que ce soit contre le fait que j’ai des relations, surtout avec des femmes… et en plus, notre voisine. Ça pourrait être quelque chose d’intéressant! Surtout que, Mariane était une très belle femme, et que Ioann lui était apparemment tombé dans l’œil. Enfin… Au moins, elle ne le trouvait pas laid.

« Hm… Oui! Et soudainement, alors que les deux femmes sont seuls, on entend cogner sur la trappe, et elle s’ouvre, et on voit apparaitre un beau mécanicien/passant qui, tout bonnement, s’est dit qu’il entendait de drôle de sons dans la cage d’ascenseur, et… Et s’en suivit une scène bien classique de ce genre de cinéma! »

Je la regardai de haut en bas en rigolant. Je ne savais toujours pas si elle n’avait fait qu’énoncé des pensées de scénario quelconque, ou… ou bien quelque chose de plus sérieux. Puis, elle me parla de son spa, que je devrais venir voir. Une autre invitation! Je souriais de toutes mes dents.

« Oh, vraiment? Ça serait super! À part les courses et le gym, je fais pas grand-chose pour me détendre… Ça, et cuisiner des gâteaux… » Mes yeux allèrent sur la droite. Ça faisait longtemps que je n’en avais pas fait. Je reportai mon regard vers Mariane. « Finalement, je suis contente que l’ascenseur soit tombé en panne! Enfin… on est toujours coincée… mais au moins, j’ai finalement rencontré ma voisine, qui est géniale, au final! »

Sans hésiter, j’allais parler à Ioann de notre voisine. Elle avait un spas, des costumes, elle était superbe… bref, tout pour donner l’envie de quelque chose à trois à mon homme!... enfin, si Mariane acceptait, bien sûr. Mais ce soir semblait un peu… tôt, pour proposer une telle chose. Eh oui, même pour moi.

Et quand elle me dit sa profession, je fus… surprise. Très surprise, même. Mais ça expliquait les accessoires, effectivement. Mais, il fallait le dire, elle ne donnait pas l’impression d’être une escorte, et, même de luxe, comme elle disait! Je clignai deux fois des yeux une nouvelle fois, tout en souriant.

« Ah?... Eh bien… C’est pas la réponse à laquelle je m’attendais! » Je me mis à rire. « Ne le prend pas mal, hein, C’est pas péjoratif. Mais je m’attendais pas à une réponse aussi franche… remarque, je n’avais aucune idée sur ce que tu pouvais bien faire dans la vie… »

Je me mis à penser une seconde qu’elle n’avait pas du tout l’air malheureuse dans son travail. Bah! Elle devait les choisir, ses clients. Et elle ne devait sûrement pas choisir les moins… plaisants.

« Ça doit être intéressant, comme métier, par contre! Tu dois gouter à toute sorte de… hem, ça a pas sorti comme je voulais, ça. Je veux dire, tu dois rencontrer plein de gens intéressant, tu dois vivre plein d’expériences, et tout et tout! Tu travail juste pour des riches en plus? » Je souris, en m’imaginant à sa place. Ça devait être une drôle d’expérience, tout de même. « … Y dois y en avoir avec des drôles de demandes, non?... »

Elle me tendit les oreilles qu’elle venait d’acheter. Je la regardai avant de reporter mon regard sur les oreilles, et de les prendre. Je les fixai un moment. Comme c’était chouette! Pourquoi j’y avais jamais pensé avant? Je les mis sur ma tête, alors qu’elle me parlait des oreilles qu’elle avait dans son loft. Je souriais, en la regardant.

« et… tu as… tout le costume? Du genre, de la lingerie qui s’accorde aux oreilles, et tout? Comme de la « lingerie imitation chat »? »

Je touchai les oreilles du bout des doigts sur ma tête, avant de me replacer à genoux. Je levai les bras, les plaçant devant moi, poing fermé pour imiter des pattes de chats. Je donnai un coup dans le vide avec ma « patte », tout en miaulant, avant d’éclater de rire. Je remis ma main sur l’une des oreilles, avant de regarder Mariane.

« Alors, je suis comment? »

Ces petits accessoires me plaisaient beaucoup. Si elle voulait bien m’en laisser essayer, voir même en emprunter! Ce serait super, et je suis sûr que Ioann apprécierait. Et puis, si elle pourrait m’amener dans l’une de ces boutiques, un jour…

« Oh, moi, ce que je fais? Eh bien, mon gagne-pain, c’est les courses! C’est… la chose que j’aime faire, c’Est la vitesse. Y’a des voitures partout autour, tu peux te faire attraper par les autorités, tu peux te tuer dans une collision, c’est super dangereux… et c’est complètement génial! »

Je me mis à rire. Un frisson m’avais parcouru le corps, simplement alors que j’y pensais. J’avais la chair de poule, malgré la chaleur évidente de l’endroit.

« Et sinon… eh bien, j’ai un emploi à temps partiel dans une boutique du centre-ville… C’est une petite boutique de vêtements. Y’a des beaux trucs, par contre. Je joue aussi les ménagères, parfois, chez moi, quand Ioann est à la maison, avec Florence… Après tout, je peux pas les laisser se nourrir constamment de hot-dogs et de hamburger, le tout cuit à la vapeur! Je crois pas que ce soit une alimentation… saine, pour une fille de douze ans…. Alors! J’apprends des recettes, et je leur fait à manger quand ils sont là. Oh, et, j’ai peur que Ioann fasse une bêtise avec la laveuse alors… »

Je me mis à rire. Au fond, j’avais une vie très peu excitante, si on excluait les courses. Mais au moins, elle me permettait de faire ce que je voulais quand je voulais. Et ça, c’était très bien.

« En bref hem… Je fais pas grand-chose! Mais comme ça, ça me permet de faire ce que je veux quand je veux! Et si j’ai quelque chose d’intéressant qui se présente, c’est pas difficile de réorganiser mon horaire en fonction de cette nouvelle aventure… hm… Je vis au jour le jour, je crois que c’est ça qu’on dit… »

Je levai les yeux vers ceux de mon interlocutrice, et je refis le même mouvement avec ma « patte » que tout à l’heure en miaulant, et je me remis à rire.

« Mais, qu’est-ce qu’ils te demandent, quand tu portes ça? Tu dois agir comme… un chat? On te demande quoi, en général? »

Je me replaçai dans le coin de l’ascenseur, intéressé par ce que les gens pouvaient lui demander.

_________________
I think I'm just in love with the feeling ;
My thoughts are racing faster than my body can react,
The danger doesn’t register, the fear feels like an act.
Oh I remember that feeling, I must be dreaming.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Discutions de voisins (Pv Mariane)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Discutions de voisins (Pv Mariane)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouveaux voisins et nouvelles espèces
» [Discutions stratégique] Royaumes Ogres
» Forza Horizon 2 : Discutions (et date de sortie)
» Comment fertiliser, arroser, récolter chez nos voisins [Toutes plateformes]
» Voisin Favori [Barre des voisins]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Héliopolis :: Héliopolis :: Down Town :: Les appartements-
Sauter vers: